Histoire

Il était une fois un fameux corsaire qui était revenu au pays, à Granville. Il était épuisé par ces longues années passées à chasser les navires ennemis pour le compte du Roi. Vingt fois, il avait failli mourir. Vingt fois, il avait échappé à la noyade. Vingt fois, il avait échappé au boulet agressif de l’adversaire.

Enfin, un jour de grand soleil, le moment était arrivé : un galion chargé d’or et de bijoux droit devant ! Sabre au clair et pas de quartier. Le combat fut rude pour être victorieux. Une belle prise, une très belle prise. Parmi les pièces d’or du trésor, un objet mystérieux au grand pouvoir reposait. Lorsque le corsaire le vit, il le cacha immédiatement sous ses vêtements.

Seules, les pièces d’or assuraient la fin de la chasse aux galions à jamais pour notre fameux corsaire et son équipage. Mais le bruit couru rapidement sur le galion que le Corsaire cachait quelque chose.

La tension monta pendant le retour du navire vers la cité de Granville. Le Corsaire sentit que la cupidité de son propre équipage transformait peu à peu son âme.

A peine l’ancre posé sur le fond sablonneux de l’anse de Granville, le Corsaire demanda à son plus fidèle marin de l’accompagner en canot jusqu’à la plage. Depuis le bastingage, l’équipage le regarda s’éloigner. Puis on entendit sur le pont «Il part avec le Trésor ! Rattrapons-le !»

Le pied à peine posé sur le sol de la plage, notre corsaire se hâta pour rejoindre les remparts de la ville fortifiée.

La nuit tombait. Le ciel s’était assombrit subitement. Un éclair de tonnerre brisa les nuages. Et la pluie commença à tomber sur les remparts. Le corsaire pressa le pas pour passer sous la Grande Porte, puis remonta la rue de Cambernon. Mais le sol se déroba et il s’effondra. Un bruit métallique avait accompagné cette chute. Il se releva et approcha essoufflé de la place Cambernon. Mais son genou blessé au combat le trahit : il trébucha une nouvelle fois violemment laissant s’échapper d’autres pièces d’or sur les pavés mouillés de la place.

Pas une trace de cette nouvelle chute, ni du corsaire. Juste un témoin. Ce témoin mystérieux a dit plus tard à son enfant qu’il avait vu le corsaire se relever, puis repartir au claudiquant. Portait-il un coffre ? Avait-il un sac ? Quelle rue avait-il choisi pour disparaitre de la brume de la Haute Ville de Granville. La chasse au trésor est ouverte !